Visio-conférence : 1830-1930, le grand siècle des portes parisiennes, le 15/12 – Les Amis du Château de Fontainebleau

Visio-conférence : 1830-1930, le grand siècle des portes parisiennes, le 15/12

25 novembre 2020

Le triomphe de la bourgeoisie et celui de l’immeuble de rapport qui l’accompagne marquent les années 1830. Si l’on prend également en compte l’essor de la fonte ornementale et le goût nouveau pour les styles anciens, on imagine facilement les changements qui affectent l’aspect des portes parisiennes. De la Madeleine à la Nouvelle Athènes, elles foisonnent d’un bestiaire et d’un peuple métalliques tout droit arrivés de la Renaissance. Les décennies suivantes élargissent le spectre historique et stylistique. Le bois résiste bien, désormais illuminé par des ornements souvent produits en série comme les poignées ou les heurtoirs. La porte tend aussi à déborder de tous les côtés sur la façade par un décor sculpté parfois très fourni. Cette longue vague qui allie académisme et fantaisie finit par s’échouer autour de 1910.

Il faut dire qu’entretemps, l’irruption de l’art nouveau, le goût pour la fantaisie qui caractérise la Belle époque, l’intérêt pour la mise en œuvre de matériaux nouveaux et la place des arts décoratifs ont produit quelques spécimens remarquables. Les délires colorés de Guimard, Lavirotte, Wagon ou Klein éclaboussent les passants. Un peu trop peut-être au goût de certains. Dès les premières années du XXe siècle, les décors s’assagissent, gagnent en élégance sans perdre en originalité. L’art déco pointe le bout de son nez avant de s’épanouir véritablement dans les années 1920.

Vers 1930 enfin, le mouvement moderne, la méfiance face au décor, la rationalisation de la construction, le triomphe du verre, le moindre souci de paraître, en tout cas par sa porte d’entrée, sonnent la fin de la partie. Quelques réalisations remarquables en fer forgé, comme celles de Jean Prouvé pour Mallet-Stevens, constituent une sorte de chant du cygne de la porte parisienne.

Lien vers le site d’inscription.

Mardi 15 décembre à 16h30. Coût : 10 €. Paiement sécurisé par carte bancaire. Vous inscrivez en fait votre ordinateur, que vous soyez un ou deux devant l’écran. Vous recevrez le 15/12 en début d’après-midi un lien qui vous permettra de rejoindre “la salle d’attente” et Vincent Delaveau vous laissera entrer dans la “salle de réunion”

Vous pouvez aussi envoyer un chèque de 10 € à Véronique Basquin (2 bis boulevard du Maréchal Foch, 77300 Fontainebleau) qui transmettra. Pensez à tenir compte du délai postal et à indiquer prénom/nom/adresse mail.