Les Dossiers – Page 2 – Les Amis du Château de Fontainebleau

Les Dossiers

Les Amis du Château de Fontainebleau se réjouissent de contribuer à faire connaître la richesse et la diversité du magnifique patrimoine du château, de ses jardins et de son parc. Ils ont plaisir à présenter, chaque année depuis sa création, des dossiers réalisés grâce à un travail fécond de son comité de rédaction en collaboration avec la conservation et la documentation de l’Etablissement Public.

Les dossiers sont vendus à la librairie du château,  au pavillon des Vitriers ainsi qu’en ville. Ceux que vous pourrez télécharger sont protégés contre la copie et l’impression.

Dossier N°8

La Chapelle de la Trinité

(janvier 2013 : 7€) : Hélène Verlet

Lors des Journées du Patrimoine de septembre 2012, la longue histoire de la chapelle de la Trinité et de ses embellissements successifs a été présentée au public désireux de mieux la connaître. Chapelle d’un couvent avant d’être chapelle palatine, au cœur de l’histoire de ces “rois très chrétiens” qui tous marquèrent de leur empreinte le château, elle garde les traces grandioses ou discrètes de leur présence. Aussi, il a paru intéressant de prolonger ces conférences pour constituer un nouveau dossier des Amis du Château.

Dossier N°7

Alexis Peyrotte ou les grâces du rocaille à Fontainebleau

(septembre 2012 : 7€) : Xavier Salmon

Baptisé le 28 septembre 1699 à Mazan près de Carpentras, Alexis Peyrotte suscita l’intérêt des éditeurs d’estampes dès les années 1730 certainement grâce à ses dessins d’ornement. Ils offraient tout un répertoire de formes telles de délicates arabesques végétales et florales. Puis, à Paris, probablement à partir de 1745, Alexis continua à donner des dessins d’ornement aux éditeurs d’estampes et aux graveurs et se fit connaître par ses sujets de singeries. Il devint l’auteur de modèles pour le Garde-Meuble de la Couronne à Versailles, Choisy et Fontainebleau. Le chantier bellifontain, très bien décrit dans ce dossier, nous présente les ornements de lambris tels ceux du passage entre le cabinet du Conseil et la chambre du roi ou les panneaux du salon du Conseil. Alexis Peyrotte comptait alors parmi les ornemanistes les plus talentueux de son époque.

Dossier N°6

Les belles eaux de Fontainebleau

(février 2012 : 7€) : Hélène Verlet

Les belles eaux du château de Fontainebleau, vantées, au cours des siècles, par de nombreux voyageurs, ont déterminé et accompagné le développement du palais et de ses jardins. Il en reste de précieuses gravures. Des sources au canal d’Henri IV, des fontaines des frères Francini au grand parterre entourant les bassins de Le Nôtre, quatre siècles d’embellissement et d’ingéniosité hydraulique racontent une passionnante chronique autant qu’ils incitent à la vigilance pour que soit préservé ce magnifique mais fragile ensemble.

Dossier N°5

Fontainebleau, le temps de jardins

(juin 2011 : 7€) : Vincent Droguet

Les jardins du château de Fontainebleau, suivant en cela les bâtiments qu’ils entourent, ont subi de nombreuses modifications depuis le règne de François Ier. Les différents souverains ont toujours souhaité, en effet, marquer de leur empreinte l’espace entourant le château, espace de délassement mais aussi de représentation. Henri IV, Louis XIV et plus tard Napoléon Ier, très attachés tous les trois au “séjour d’automne” autour de la chasse en forêt ont, l’un après l’autre, profondément transformé le domaine. Le texte de ce dossier, écrit par Vincent Droguet, conservateur en chef du Patrimoine au château de Fontainebleau, les gravures et les photos qui l’illustrent vous feront comprendre cette évolution au cours des siècles et la richesse unique des Jardins de Fontainebleau.

Dossier N°4

Henri IV et Fontainebleau

(Mars 2010 : 7€) : Jean-Claude Polton, Vincent Droguet

Dès son accession au trône, Henri IV vient chaque année à Fontainebleau. Grand bâtisseur, on lui doit de nouvelles constructions et des embellissements dans les jardins qui transforment la physionomie du château. C’est à Fontainebleau que nait le Dauphin, le futur Roi Louis XIII. Il y sera aussi baptisé, ainsi que ses jeunes sœurs, le 14 septembre 1606. C’est en raison d’une épidémie de peste à Paris, et la forêt étant réputée pour protéger des « miasmes », que le château de Fontainebleau fut choisi pour la célébration de cette grande réjouissance politique et populaire.

Dossier N°3

Marie-Antoinette à Fontainebleau

(Novembre 2009 : 7€) : Patrick Daguenet

Le souvenir de Marie-Antoinette à Fontainebleau ne peut s’appuyer sur aucun fait historique notoire. Pourtant, Marie-Antoinette a séjourné douze fois à Fontainebleau, de 1770 à 1786, soit 444 jours. Dans ce dossier, Patrick Daguenet relate les relations successives de la souveraine nouées avec le Château et le pays de Fontainebleau. D’abord, le temps heureux des découvertes de la demeure royale et de sa forêt, puis la période des « dissipations » en tous genres en compagnie de son beau-frère, le Comte d’Artois, et enfin l’époque de la reine, devenue enfin mère, qui recherche, en vain, un havre de paix et se réfugie dans un esthétisme raffiné, celui de son extraordinaire Boudoir.

Dossier N°2

La galerie François Ier du château de Fontainebleau

(Mai 2009 : 7€) : Yvonne Jestaz

François Ier se plait à chasser dans la forêt de Fontainebleau. Mais, à l’époque, il ne dispose que d’un modeste château féodal délabré, remontant au XIIè siècle. Le Roi entreprend alors de l’agrandir en conservant le donjon et en reliant sa chambre à la chapelle du couvent fondé par Saint Louis. Cette galerie, longue de soixante mètres, est décorée par des artistes venus d’Italie, Rosso et Le Primatice, qu’on appelle les maîtres de l’Ecole de Fontainebleau.

Dossier N°1

Fontainebleau : par le grès et pour la chasse

(Septembre 2007 : 3€) : Hélène Verlet

La forêt de Fontainebleau a présidé à la naissance du Château : le grès dur de ses sols, utilisé à toutes les époques de construction, a façonné le visage du Château. Et de tous temps, le Roi et sa cour sont venus « pour la chasse des bêtes rousses et noires ». Passe temps favori des souverains, la chasse a été la raison même de la création et des permanents embellissements de cette résidence royale.