Portraits de pouvoir, portraits de beauté 8/10 – Les Amis du Château de Fontainebleau

Portraits de pouvoir, portraits de beauté 8/10

9 juin 2021

La Princesse Hélène de Mecklembourg-Schwerin arrive à Fontainebleau

Loin des tableaux fastueux du Ier Empire signé du baron Gérard, admirons les plaques de porcelaine de Sèvres qui racontent l’arrivée de cette quasi inconnue choisie pour épouser à Fontainebleau le fils ainé du roi Louis-Philippe. Offert par la ville de Paris à la mariée, le serre bijoux en bronze relate sur cinq plaques commandées au peintre Charles Develly la montée de la princesse par le grand   escalier, puis les trois cérémonies successives du mariage qui ont eu lieu le 30 mai 1837. 

Jeune, douce, très cultivée, cette princesse venue du bord de la Baltique traverse le nord de l’Allemagne et arrive en France où elle est fêtée à chaque étape avec chaleur. Accueillie à Melun par son fiancé, le duc d’Orléans, accompagnée d’un long cortège, elle arrive à Fontainebleau où les invités se pressent sur les marches de l’escalier, allégrement désordonnés.   Devant le roi Louis Philippe et sa famille sortis sur la terrasse, la jeune princesse « franchit les marches d’un pas rapide et empressé et se prosterne aux pieds du roi et de la reine avec une grâce et une dignité inimitable »  ainsi le raconte dans ses Mémoires  la Comtesse de Boigne, témoin de cette scène pleine de tendresse durant laquelle le roi et la reine  pressent sur leur cœur Hélène en l’appelant « ma fille, ma chère fille ».  

Ces plaques de porcelaine détaillent chaque moment de cette journée où la gracieuse mariée épouse en trois cérémonies dans trois lieux différents du château, Ferdinand d’Orléans. Son visage s’y distingue mal, aussi sa délicate figure se révèle mieux dans un grand tableau plus tardif où on la voit avec son fils ainé né en 1839.

Mais le destin est cruel.  La mort tragique du duc d’Orléans et la proclamation de la République en 1848 éloigneront la princesse du trône royal. Après un long exil elle meurt en 1858.

D’après F.X. Winterhalter. Huile sur toile. 1839 . Château de Fontainebleau.

Hélène Verlet