Le Premier consul Bonaparte signant le Concordat – Les Amis du Château de Fontainebleau

Le Premier consul Bonaparte signant le Concordat

19 juin 2020

Un tableau récemment acquis avec le concours de collectionneurs mécènes

 Artiste français : Le Premier consul Bonaparte signant le Concordat. 

Esquisse sur le thème de la « Loi sur les cultes » présentée au « concours de l’an X », 1802-1803.

Huile sur toile,  88,5 x 1,28 cm.

Acquis avec le concours des collectionneurs Guy et Helena Motais de Narbonne, en mémoire du professeur Bruno Foucart, spécialiste de peinture religieuse du XIXe siècle et directeur scientifique de  la bibliothèque Marmottan, F 2019.7.

 Le Concordat fut un choix personnel de Bonaparte : « Le rétablissement du culte me donnera le cœur du peuple». En avril 1802 (an X du calendrier révolutionnaire), le ministre de l’Intérieur Chaptal  lança un « Appel à tous les artistes de la République française » pour célébrer la paix religieuse retrouvée. Cinquante-deux peintres envoyèrent des esquisses à ce concours. Cette proposition anonyme combine, tel un Jugement dernier, les deux mondes céleste et terrestre. Bonaparte écoute un ange et signe le Concordat. Une sorte de saint Michel brandissant un glaive flamboyant et la Justice tenant balance et sceptre chassent les réprouvés. Un chœur céleste surplombe le groupe ternaire des vertus théologales, Foi, Charité et Espérance. Des guerriers français en uniforme et en armure ainsi que des hommes d’Eglise en blanc et en bure dominent le groupe des quatre évangélistes : saint Luc et son taureau, Saint Marc et son lion, Saint Mathieu sans attribut, enfin saint Jean tenant l’Apocalypse et accosté d’un aigle. Cette proposition était trop truffée de références religieuses pour remporter le concours.

   Cette esquisse a été acquise avec le concours d’un couple de collectionneurs raffinés, Guy et Helena Motais de Narbonne, en mémoire du professeur Bruno Foucart (1938-2018), professeur à la Sorbonne, spécialiste de peinture religieuse du XIXe siècle, directeur scientifique de la bibliothèque Marmottan et secrétaire général de l’Institut Napoléon. D’une importance cardinale, elle illustre le thème concordataire, déjà abordé à Fontainebleau en 2015 par l’exposition « Pie VII face à Napoléon. La tiare dans les serres de l’Aigle ». Dans l’immédiat, ce tableau a été accroché dans l’antichambre noire de l’appartement du Pape, où Pie VII fut reçu en novembre 1804, puis détenu de juin 1812 à janvier 1814. A terme, le futur Grand musée Napoléon Ier traitera de la volonté personnelle de Bonaparte de redonner une armature religieuse au pays, plus largement du rapport entre l’Etat et les religions, et de la recréation en 1804 d’une « Grande Aumônerie » relevant de la « Maison de l’Empereur ».

 

Christophe Beyeler, conservateur général du patrimoine chargé du musée Napoléon Ier, remercie le galeriste Christian Le Serbon, l’historien Serge Ceruti, le pasteur Alain Joly et le spécialiste d’orfèvrerie religieuse Henri de Saint-Pierre pour les riches échanges d’interprétation iconographique autour de cette esquisse.

  

Pour approfondir le sujet 

Christophe Beyeler : article « Le Premier consul signant le Concordat, une esquisse récemment acquise par le musée Napoléon Ier du château de Fontainebleau, Revue du Souvenir napoléonien et Napoléon Magazine n° 96, mai-juillet 2020, p. 32-37.

Christophe Beyeler : catalogue « Pie VII face à Napoléon. La tiare dans les serres de l’Aigle. Rome-Paris-Fontainebleau, 1796-1814 », voir  les essais « Concurrence entre Rome et Paris.  Mises en image rivales du Concordat » p. 53-57 et « Les ambiguïtés du Salon à Paris : Romains aux Tuileries et Français à Saint-Pierre » p. 147-153, château de Fontainebleau et Réunion des musées nationaux, 2015, 248 p.

 

Le Premier consul Bonaparte signant le Concordat