Un rendez-vous manqué : la visite de la reine Victoria à Fontainebleau

Le samedi 11 février 2012, une conférence, animée par Nicolas Personne, historien spécialiste du second empire, fut donnée dans les salons de l’hôtel de l’Aigle Noir à Fontainebleau.

Le résumé du thème de cette conférence vous est proposé, ci-dessous, par Nicolas Personne :

Si le château de Fontainebleau peut s’enorgueillir, à juste titre, d’une histoire particulièrement brillante, une visite très spéciale aurait pu cependant ajouter un nouveau nom illustre à la liste pourtant longue des invités prestigieux reçus dans la « Demeure des Siècles » : celle de la reine Victoria en aout1855.

A la suite de sa triomphale visite en Angleterre en compagnie d’Eugénie au printemps de la même année, Napoléon III eu en effet l’idée d’organiser sans attendre un voyage retour en France de la souveraine britannique, qu’il entendait bien être d’un faste inégalé. Premières demeures du pays, l’ensemble des résidences impériales s’en retrouvaient ainsi mobilisées afin d’accueillir, selon la volonté de l’empereur, la reine et sa suite lors de ce somptueux périple prévu pour durer à l’origine près de deux semaines.

Le château de Fontainebleau, sans doute vu par Napoléon III comme le parfait homologue de Windsor, était naturellement tout désigné pour recevoir Victoria et Albert, en compagnie d’une partie de leurs nombreux enfants, dans le cadre d’un appartement du Pape hâtivement mais néanmoins luxueusement réaménagé par les soins du Mobilier impérial. Les logements ainsi désignés, le mobilier prêt à être reçu en nombre, d’ultimes travaux à terminer, Fontainebleau se préparait alors dans une atmosphère fébrile à accueillir avec tous les honneurs les célèbres hôtes royaux. L’Histoire en décida cependant autrement…

Pour des raisons diplomatiques, le séjour étant au final réduit à une dizaine de jours, pratiques, la visite programmée de la très parisienne Exposition universelle, mais aussi personnelles, la grossesse tant attendue de l’impératrice, mettront définitivement un terme aux ambitions d’un séjour bellifontain. C’est donc à Saint-Cloud, promue résidence unique de la reine, que Victoria passera ces quelques jours inoubliables de l’été 1855.

A la fin de cette visite retentissante, devenus désormais amis, dans les effusions du départ, les deux souverains se promettront de nouvelles invitations de part et d’autre. On parla de séjours à Windsor, Osborne et … Fontainebleau. Ce dernier restera à l’état de politesse, laissant à notre grand regret ce rendez-vous manqué.

Nicolas PERSONNE