Restauration de la statue de Vénus

Cette statue de bronze  a été fondue pour François Ier, sous la conduite du Primatice, à partir d’un moulage de la Vénus du Belvédère, copie romaine de la célèbre Aphrodite de Cnide de Praxitèle. Il a été constaté un problème de stabilité faisant osciller dangereusement la Vénus sur son socle en bronze. Ce problème est dû à l’absence d’un écrou de fixation et d’entretoises de calage entre la statue en bronze et le socle réalisé au XIXème siècle. La restitution des éléments manquants et le nettoyage de la statue, d’un coût de 5520 €, ont été pris en charge par les Amis du château.

Après une présentation de Vincent Droguet, conservateur général, le restaurateur Antoine Amarger, ainsi que Jehanne Lazaj conservatrice du patrimoine en charge de la collection de sculptures, ont présenté aux donateurs lors d’une visite privée l’intervention qui vient d’être effectuée, et plus généralement la statue elle même. L’écrou, au filetage particulier, avait été préparé sur le modèle de celui de la statue d’Apollon, expertisé lors de la restauration ayant précédé le prêt au musée du Louvre – Abu Dhabi. La position d’origine étant inconnue, une réflexion a été menée lors de la pose des entretoises sur l’inclinaison à donner à la statue en elle même, qui la fait paraître pudique ou fière.

Vous pourrez, lors d’une prochaine visite de la galerie des Cerfs, vous faire votre opinion.