Le quartier Charonne à Paris.

Une nouvelle dater reste à déterminer.

 Avec Vincent Delaveau, conférencier.

Charonne partage l’histoire de la plupart des anciens villages de la périphérie de Paris. Ses hauteurs verdoyantes couvertes de vignes ont d’abord attiré des bourgeois et aristocrates parisiens qui y ont établi leur villégiature. Ces occupants paisibles ont vite cohabité avec les fêtards attirés par les guinguettes des barrières. Enfin, l’industrialisation au XIXe siècle a suscité l’installation d’une population ouvrière nombreuse et la formation de lotissements plus ou moins anarchiques, aujourd’hui pleins de charme.

C’est toute cette histoire que raconte le patrimoine de Charonne. L’église Saint-Blaise, encore bordée par son cimetière, montre la simple architecture gothique d’une église de campagne. Les ruelles et les cours environnantes, bordées de maisons basses en plâtre ont gardé au quartier son ambiance villageoise. Le charmant pavillon de l’Ermitage, construit dans les années 1720 pour la duchesse d’Orléans, épouse du Régent, est une ancienne dépendance du château de Bagnolet et rappelle la vocation résidentielle et aristocratique de cette agréable campagne. De longues impasses verdoyantes guident le regard au coeur des vastes îlots. L’ancien chemin de fer de ceinture est encore dominé par une gare de voyageurs. À quelques pas de là, la « Campagne à Paris », paisible lotissement ouvrier des premières années du XXe siècle aligne sagement ses 93 maisons de brique et leurs petits jardinets.

Photographies : Pavillon ©Wikimedia Commons – Wayne77.