Le musée Napoléon Ier au château de Fontainebleau

Conférence de Christophe Beyeler, vendredi 30 septembre 2016 à l’Aigle Noir

« La geste napoléonienne a, dans son sillage, entraîné les soldats et embrigadé les artistes.  Aux coups de sabre des militaires répondent le burin des graveurs, le ciseau des sculpteurs et le pinceau des peintres. Fondateur d’un ordre nouveau qu’il espérait durable, Napoléon a mobilisé les énergies par le verbe de ses bulletins et fasciné les esprits par la force des images créées pour sa personne.

Napoléon était pleinement conscient de cette nécessité d’imposer son image par les arts. Héros sur le champ de bataille, chef d’État fondateur d’institutions nouvelles, restaurateur de la prospérité matérielle du pays, pacificateur des esprits par la paix civile et le Concordat, conquérant chéri de la Victoire, il lui fallait imposer cette image dans ses palais, au Salon des artistes vivants, et dans l’opinion.

Napoléon refit du palais de Fontainebleau, délabré et vidé au sortir de la Révolution, ce qu’il avait toujours été : un fleuron de la Couronne. Ce fut un écrin où brilla de mille feux le pouvoir impérial, avide de représentation. Héritier de ces fastueux aménagements, le château de Fontainebleau abrite aujourd’hui un musée Napoléon Ier dont les collections permettent à elles seules de retracer la carrière et les desseins de Napoléon. »