Le mariage de Louis XV et de Marie Leszczynska

Des amis nantais d’un membre de notre association, faisant des recherches aux archives départementales sur leur propre famille, ont très récemment fait une trouvaille : le journal de voyage de l’un des leurs ascendants (Jean-Baptiste L.) en 1725, dans lequel il raconte par le menu (avec un certain talent) et presque chaque jour ses activités, rencontres… Il a alors 18 ans et son père négociant nantais l’envoie parfaire sa formation sur le terrain et entretenir l’indispensable réseau d’affaires. Or Jean-Baptiste est à Fontainebleau un certain 5 septembre 1725 et assiste au mariage du roi Louis XV, qu’il décrit dans son journal 

Note : Le “pot de chambre” est une voiture de location à une ou deux places qui desservait les environs de Paris.

Le 4 sept 1725

Voyage à Fontainebleau

A cinq heures du matin, je suis parti à Fontainebleau dans un pot de chambre, j’ai dîné à Essonne et suis arrivé à Fontainebleau sur les 5 h.

Je suis descendu à « la Rose Blanche » j’y paierai 50 s par nuit quarante sols par repas et 15 par déjeuner. Après avoir soupé, je me suis promené aux environs. J’ai vu une quantité de tentes où logeaient tant d‘étrangers et de français, on assure qu’il y en avait près de dix huit mille.

Le Roy est allé ce jour complimenter la Reine à Moret, il revint le soir sur les 8 heures.

 

Septembre le 5

J’ai été à 6 heures du matin voir les préparatifs pour la réception de la Reine, elle est arrivée sur les 9 heures avec une très grande suite, habillée en négligé, on l’a conduite dans son appartement, elle y prit tous ses habits nuptiaux, sa couronne était superbe, remplie de diamants.

Son manteau royal avait 9 aunes de long d’un velours pourpre, rempli de fleurs de lys or doublé d’hermine.

Etant finie d’habiller, le Roy vint la trouver dans sa chambre où l’on m’a assuré qu’ils eurent un quart d’heure de conversation en particulier.

L’Habit du Roy était d’étoffe d’or, ses boutons de diamants, celui de son chapeau est estimé 2 millions de livres. Il est gros comme un œuf de pigeon ! Son manteau était de dentelle or.

A 1 h de l’après midi, le Roy, la reine, accompagnés de toute la cour furent à la chapelle où le Cardinal de Rohan les maria, ensuite il dit la messe.

L’évêque de Fresius et celui de Metz servaient de diacre et de sous diacre. On chante le Te deum

4 Héraults d’armes jetèrent à la populace des médailles d’argent avec le portait du Roy et de la Reine ce qui se fit qu’après en avoir distribué à tous les princes.

La cérémonie étant faite, le Roy s’en fut conduire la Reine à son appartement. Ils quittèrent chacun dans leur chambre leurs manteaux royals et autres hardes nuptiales, à 9 heures, ils dinèrent ensemble à grand couvert.

Le Roy ne but pas à la santé de la Reine ne la regarda pas et ne lui dit pas un mot.

A 6 heures du soir, le dîner fini, ils furent à la comédie avec tous les princes et le même jour à 11H1/2 il y eut un feu d’artifice qui aurait été magnifique sans la pluie qu’il fit.

A 2 heures du matin, je me suis retiré dans mon auberge.

Je me suis levé qu’à 11 h environ m’étant couché très tard. Je suis allé me promener dans la forêt de Fontainebleau, elle est magnifique, on m’a assuré qu ‘elle avait 7 lieues de tour. Je ne sais combien de longueur. J’ai dîné à mon auberge.

Je suis allé au château l’après midi. Le Roy et les princes à cheval, la reine en carosse avec plusieurs princesses firent une cavalcade, c’est à dire se promenèrent autour du parc. Je n’ai jamais rien vu de plus de si superbe. On ne voyait que des habits d’étoffes d’or, peu d’argent, les chevaux étaient harnachés de la manière la plus gracieuse du monde.  Sur les 7 heures cela finit, le Roy et la Reine dans leur appartement.

Je soupais à mon auberge et sur les 9 heures j’allais me coucher.

Le jour du mariage, le Roy n’avait point de couronne, son chapeau sous  son bras. La Reine avait la sienne ; en allant et en revenant de la chapelle, il marchait devant et ne lui donnait pas la main, ce qui me surprit beaucoup.

Je ne crois pas que le Roy l’aime.  Du moins si on en juge par les apparences 

Tout le monde parlait de la reine et l’aimait à cause de sa piété de son air affable, doux et modeste. Elle ne se met point de fard au visage, je ne la trouve pas désagréable. Il y en a de plus ou moins belles, elle est brune et fort petite. Je ne puis en dire davantage.

 

Je me suis levé à 8 heures promené dans Fontainebleau que je ne trouve pas désagréable. Les maisons ne sont pas bien bâties, le château est assez joli sans cependant à comparer au vieux et nouveau Louvre n’y à Versailles qui sont bien plus beaux. L’endroit n’est pas grand.

J’ai dîné à mon auberge vers les 2 heures. Je suis parti dans un pot de chambre, nous avons couché à Essonne. Repartis le lendemain à 5h sommes arrivés à Paris à 11 h du matin.

Reproduction du document des Archives
Un pot de chambre (caricature anglaise représentant l’arrestation de la famille royale à Varennes … bien des années plus tard)