La matière de l’œuvre d’art : le bronze

bronze. copyright ACF

Maîtrisé depuis l’Antiquité, l’art du bronze connut une éclatante renommée à Fontainebleau lorsque Primatice, sur l’ordre de François Ier, put ramener de Rome, en 1542, à défaut des célèbres antiques en marbre, des moules en creux qui lui permirent de couler en bronze, dans une fonderie installée au château, dix statues dont certaines sont encore aujourd’hui l’objet d’une fervente admiration.  Elles contribuèrent à faire de Fontainebleau, comme le souhaitait François Ier, « quasi una nuova Roma » selon les termes de l’italien Vasari lui-même.

L’art hellénistique de l’École de Pergame semble imprégner la statue de L‘Ariane endormie, parfois appelée Cléopâtre, dans le pathétique du visage, dans le « ruissellement » du drapé. La position de la tête qui s’incline et s’appuie sur le bras gauche replié fut largement admirée, et donna naissance à de nombreuses œuvres illustrant l’extase ou la mort.

 

 

Cette entrée a été publiée dans Activités pédagogiques. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.