Bilan du FHA 2018

Nous reproduisons ci-après des extraits du communiqué du Ministère de la Culture, publié à l’issue du Festival de l’Histoire de l’Art

“Pour la 8e année consécutive, le Festival de l’histoire de l’art a rencontré un très vif succès auprès d’un public varié. Conférences, concerts, lectures, tables rondes, projections ont fait salle comble avec 40 000 visites sur les trois jours.
Françoise Nyssen, ministre de la Culture, se réjouit de cette belle fréquentation. Le public confirme un intérêt manifeste pour cet événement unique en Europe. Le Festival a donc gagné à nouveau son pari, celui de réunir professionnels et grand public. Cette année, les visiteurs ont pu profiter de près de 250 événements accessibles gratuitement organisés autour de la thématique du rêve et du pays invité, la Grèce.
Organisé par le ministère de la Culture, l’Institut national d’histoire de l’art et le château de Fontainebleau, le Festival de l’histoire de l’art est un événement pluriel favorisant la rencontre du public avec les acteurs de l’histoire de l’art. Le Festival a été inauguré vendredi 1er juin par la ministre de la Culture française, Françoise Nyssen, et la ministre de la Culture et des Sports grecque, Lydía Koniórdou. La conférence inaugurale a été prononcée par Jean-Michel Othoniel, artiste de renommée internationale.
De nombreux intervenants de renom ont par la suite animé des conférences et tables rondes très suivies”

….

“Une programmation dédiée aux jeunes et aux familles.

Les jeunes chercheurs furent des acteurs majeurs de cette 8e édition grâce à de nouvelles initiatives. Le Festival a renouvelé avec succès les Rencontres Internationales Étudiantes, les opérations de médiation proposées par les étudiants de l’École du Louvre et de la Faculté des Lettres de Sorbonne-Université, ainsi que le concours « Ma recherche en histoire de l’art en 180 secondes ». Pour la première fois, il a également invité les jeunes chercheurs à présenter leurs travaux sur le thème du rêve dans un format spécialement conçu pour eux. La programmation comprenait également de nombreuses activités dédiées aux familles et aux enfants, qui ancrent plus fortement le Festival dans sa volonté de s’adresser à tous.
Pierre Hancisse et Nicolas Lormeau, sociétaires de la Comédie-Française, ont enthousiasmé le public avec leur spectacle « La tragédie grecque pour ceux qui n’y ont jamais rien compris ». Les étudiants du Centre national supérieur de musique et de danse de Paris se sont à nouveau mobilisés pour proposer des concerts, tandis que les jeunes diplômés des Beaux-Arts de Paris ont réalisé une des expositions ouvertes à l’occasion du Festival. Une des nouveautés de cette 8e édition était dédiée aux enfants, invités à participer à des miniconférences d’histoire de l’art mêlant connaissances et jeux. Fruit d’une année de travail de 15 classes du CP à la seconde, un projet d’éducation artistique et culturel original, baptisé « l’écrin des songes », a par ailleurs été présenté au public”.